Le programme APIVA: Objectifs et partenaires

Logo APIVA.jpg

Présentation du programme APIVA

En 2013, le service aquaculture de l’ITAVI (Institut Technique des filières avicole, cunicole et aquacole) a constitué et déposé un projet nommé APIVA (AquaPonie Innovation Végétale et Aquaculture) visant à tester les performances de l’aquaponie, un système d’élevage innovant de type AIMT (Aquaculture Intégrée Multi-Trophique), intégrant les bénéfices des systèmes recirculés et de la culture végétale hors-sol pour l’aquaculture en eau douce. Ce programme de recherche français, mené par l’ITAVI, se fait en partenariat avec l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), le Lycée aquacole de La Canourgue (EPLEFPA Lozère), le CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement) ainsi que la station horticole RATHO (Rhône Alpes Techniques Horticoles) faisant partie de l’ASTREDHOR (Association nationale des STRuctures d’Expérimentation et de Démonstration en HORticulture).

En aquaponie, les rejets des poissons deviennent des nutriments valorisables pour une production hors-sol de plantes d’intérêt économique (plantes ornementales, herbes aromatiques ou médicinales, légumes à forte valeur ajoutée). Ceci permet non seulement la valorisation des effluents aquacoles, mais aussi la recirculation d’une eau d’élevage saine pour les poissons, après un processus conjoint de filtration mécanique et biologique. Pour les aquaculteurs, l’aquaponie pourrait permettre de mettre en valeur les effluents chargés qui souvent posent problème lors du traitement en termes réglementaires. Pour les horticulteurs en hors-sol, l’aquaponie pourrait mettre à leur disposition une solution riche en nutriments prête à être utilisée pour la culture de végétaux.

Objectifs généraux d’APIVA

  • Synthétiser l’ensemble des connaissances existant dans la bibliographie ;
  • Caractériser les compartiments d’un système aquaponique ;
  • Identifier les flux entre compartiments (aquacole, hydroponique, biofiltre) et décrire le couplage entre les systèmes ;
  • Suivre et optimiser le fonctionnement du système et son rendement épuratoire ;
  • Modéliser le fonctionnement du système à l’aide d’un outil de modélisation des flux se produisant entre les compartiments ;
  • Analyser la qualité organoleptique et sanitaire des produits ;
  • Mesurer l’impact environnemental de l’aquaponie à l’aide de la méthode de l’ACV (Analyse du cycle de vie);
  • Établir des éléments de dimensionnement et d’efficience technico-économique ;
  • Diffuser la connaissance en vue d’un transfert technologique de l’aquaponie en France à travers la rédaction d’un guide technique sur l’aquaponie pour professionnels.

Les expérimentations effectuées sur les différents pilotes et les données issues de la bibliographie devront participer à la mise au point d’éléments de dimensionnement technique et économique de systèmes aquaponiques. Ces travaux serviront de prémices pour l’élaboration future d’un outil informatique de modélisation des flux intra-système entre les différents compartiments ainsi que les échanges du système avec le milieu extérieur en termes d’intrants / extrants.
L’ensemble de ce travail est un préalable obligatoire à la réussite de l’étape suivante du programme visant à l’analyse des impacts environnementaux des systèmes selon la démarche de l’ACV (Analyse du Cycle de Vie). Le but final est de donner des éléments de réflexion à des professionnels intéressés par cette activité, que ce soit dans le cadre de la diversification d’une activité aquacole ou horticole, voire dans le cadre d’une activité nouvelle associant des professionnels aux compétences complémentaires sur un même espace de production. En fin de programme, le groupe de travail d’APIVA travaillera également sur l’élaboration d’un guide des bonnes pratiques aquaponiques, et sur des formations professionnalisantes s’il s’avère que l’aquaponie pourrait être une méthode de production véritablement efficiente. La connaissance acquise fera l’objet d’une large diffusion.

QUI SOMMES NOUS: PRÉSENTATION DES PARTENAIRES DU PROGRAMME

 L’ITAVI (Institut Technique avicole, cunicole et aquacole) : Service Aquaculture

Créé en 1968, l’ITAVI est un institut technique agricole membre de l’ACTA (Association de Coordination Technique Agricole), tourné vers la recherche appliquée et de développement au service des professionnels des filières avicole, cunicole et aquacole et sous convention avec le ministère de l’agriculture et le CAS DAR (Compte d’Affectation Spéciale pour le Développement Agricole et Rural).

L’activité technique de l’ITAVI vise de manière générale à accompagner et à anticiper les nombreuses évolutions de l’agriculture. Ses missions sont d’apporter à l’ensemble des filières concernées, les éléments scientifiques, économiques et techniques, ainsi que le savoir-faire permettant d’améliorer la durabilité de la production: promotion des innovations technologiques, réalisation d’expertises technique et réglementaire, suivis de performances, recherche de solutions techniques, amélioration ou exploration de nouveaux systèmes de production, encadrement des productions de diversification, veille réglementaire, économique et technique… Ces actions sont conduites en partenariat avec de nombreux organismes de recherches (INRA, IFREMER…), d’autres Instituts Techniques Agricoles, les Chambres d’Agriculture, les établissements d’enseignements, et les professionnels eux-mêmes au travers de leurs organisations professionnelles et interprofessionnelles, ou directement avec des entreprises d’amont ou d’aval.

Le service Aquaculture se concentre sur l’activité aquacole, et  travaille aussi particulièrement étroitement avec les administrations nationales (direction Ministérielles des services concernés) et locales (services déconcentrés) pour apporter une expertise technique sur la mise en place et l’application des réglementations propres à l’élevage aquacole. La cellule aquacole mène également différents travaux de recherche appliquée avec une vision prospective.

L’INRA : station expérimentale PEIMA

L’Institut national de la recherche agronomique (INRA) est un organisme français de recherche en agronomie fondé en 1946, ayant le statut d’Établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST). L’INRA est sous la double tutelle du ministère chargé de la Recherche et du ministère chargé de l’Agriculture. L’Institut national de la recherche agronomique a pour vocation de produire des connaissances scientifiques et d’accompagner l’innovation économique et sociale dans les domaines de l’alimentation, de l’agriculture et de l’environnement. Premier institut de recherche agronomique en Europe et deuxième dans le monde en nombre de publications en sciences agricoles et en sciences de la plante et de l’animal, l’INRA mène des recherches finalisées pour une alimentation saine et de qualité, pour une agriculture durable, et pour un environnement préservé et valorisé.

La Pisciculture Expérimentale INRA des Monts d’Arrée (PEIMA) a été créée en 2005 à Sizun, en Bretagne, par l’INRA. Elle intervient dans des programmes nationaux de recherche pluri-disciplinaires qui abordent l’ensemble des composants de la filière salmonicole d’eau douce, depuis l’œuf jusqu’au produit de consommation, abordant ainsi des thématiques variées sur la biologie des poissons afin de mieux comprendre leur physiologie (mécanismes de contrôle des fonctions de reproduction, de croissance, d’adaptation à des milieux changeants), leur nutrition (besoins nutritionnels, épargne des matières premières d’origine marine), leur structuration génétique (variabilité génétique, structure du génome) et leurs mécanismes de défense contre les maladies (virologie moléculaire, amélioration des systèmes de défense spécifiques et non spécifiques). Par ailleurs, afin de proposer une alternative à l’élevage en circuit ouvert, l’Inra a mis au point un système d’élevage des salmonidés basé sur la recirculation de l’eau, dont l’objectif est de maîtriser les interactions entre les poissons d’élevage et l’écosystème aquatique. Toutes ces recherches ont pour objectifs finalisés d’apporter des connaissances permettant à la filière piscicole de répondre aux nouvelles exigences sociétales en matière de bien-être animal, de respect de l’environnement (qualité des écosystèmes, maintien de la biodiversité) et de qualité des produits (diététique, organoleptique)

L’ASTREDHOR ; station expérimentale du RATHO

L’ASTREDHOR, Institut technique de l’horticulture, est une association de loi 1901 qui fédère et représente depuis 1994 des stations régionales d’expérimentation en horticulture ornementale. Cet institut membre de l’ACTA, est au service des professionnels de la production horticole, pépiniéristes, horticulteurs…

Depuis 2013, ASTREDHOR s’appuie ainsi sur une organisation nouvelle construite autour de 6 unités de bassin regroupant les 11 stations d’expérimentation horticole qui portent désormais la politique de l’Institut dans les régions. Ce nouveau dispositif plus concentré et plus rassemblé a pour objectif de coller le mieux possible aux attentes des professionnels. Les principaux thèmes d’études sont : les techniques culturales (fertilisation, irrigation…), la diversification de la gamme des produits horticoles, la qualité des produits, la protection des cultures.

Créée en 1986, l’association loi 1901 Ratho constitue l’une des 6 unités de bassin de l’ASTREDHOR ; le RATHO répond à la volonté des professionnels de l’horticulture de Rhône-Alpes de se doter d’un outil d’expérimentation dont les infrastructures sont le reflet d’une exploitation. Depuis 1995, le Ratho constitue le PEP (Pôle d’expérimentation et de progrès) horticole. Cette association a pour objectifs : de gérer la station d’expérimentation, de mettre en œuvre le PEP horticole et les programmes ayant reçu l’aval de Viniflhor et de l’Astredhor, d’être un centre d’accueil, de formation et de diffusion, et d’être ouvert à tous les partenaires de la filière horticole. Le Ratho est au service d’une filière et a été conçu avec les professionnels en s’appuyant sur les points clés qui conditionnent les performances technico-économiques de l’outil serre.

Le lycée agricole de la Canourgue

Le lycée public Louis Pasteur propose des formations en aquaculture et gestion de l’eau du Bac Pro  3 ans au BTSA et à la Licence. Situé en Sud Lozère, l’établissement  est récent,  à taille humaine (170 élèves et étudiants), et sous tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Il s’inscrit dans une politique de développement durable en lien avec les mesures Agenda 21 du Conseil  Régional Languedoc Roussillon  (promotion des circuits courts, restauration de qualité, récupération des eaux de pluie, gestion des déchets).

L’établissement, créé en 1992, bénéficie de structures d’apprentissage et d’outils pédagogiques très performants. La ferme aquacole de le Source du Frézal,  installée sur le site du lycée, constitue un outil privilégié d’application pratique : les élèves participent à la production (truite arc en ciel et fario, écrevisses à pattes rouges), aux activités de l’atelier de  transformation  et conduisent des expérimentations   en lien avec la recherche (CIRAD) et les professionnels de l’aquaculture spécialisée  (Association ORVIVA) dans le circuit fermé  thermo-régulé (aquariophilie, aquaponie, aquaculture tropicale).

Le CIRAD

Créé en 1984 et spécialisé dans la recherche agronomique appliquée aux régions chaudes, la mission centrale du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) est de contribuer au développement rural des pays tropicaux et subtropicaux par des actions de recherche, des réalisations expérimentales, des actions de formation (France et étranger) ou encore la diffusion d’information scientifique et technique. Etablissement public à caractère industriel et commercial, et organisme de recherche finalisée, le Cirad est placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires étrangères.

Il dispose d’un réseau mondial de partenaires et de 12 directions régionales, à partir desquelles il mène des activités de coopération avec plus de 100 pays d’Afrique, d’Asie, du Pacifique, d’Amérique latine et d’Europe. Ses partenariats bilatéraux s’inscrivent dans des dynamiques multilatérales d’intérêt régional. En France, il met à la disposition de la communauté scientifique nationale et internationale un important dispositif de recherche et de formation situé principalement à Montpellier et dans l’outre-mer français. Ses six principaux axes de recherche sont les suivants : la mise au point d’une agriculture et d’une aquaculture écologiquement intensive qui valorise durablement les agrosystèmes, la valorisation de la biomasse à des fins non alimentaires, l’alimentation durable, la santé des animaux et des plantes via la compréhension et la gestion des risques liés aux bioagresseurs des animaux et des plantes, l’action publique pour le développement, et enfin l’accompagnement des sociétés dans la gestion durable des territoires.

Publicités

11 réflexions au sujet de « Le programme APIVA: Objectifs et partenaires »

    Andrew Paine a dit:
    13 janvier 2016 à 8 h 42 min

    Bonjour Monsieur,
     
    Je m’appelle Andrew Paine. Je suis anglais et J’habite à Poitiers avec ma famille depuis 20 ans.
     
    Je suis actuellement maçon/couvreur mais je suis passionné par l’aquaponie et en ce moment je fais un cours à distance avec ACS:
    -education http://www.acsedu.co.uk/Courses/Hydroponics/AQUAPONICS-BHT319-710.aspx
     
    Mon désir est d’être de plus en plus actif dans le monde de l’aquaponie. Pour l’instant je ne sais pas encore vers quelle spécialitée ce désir va me mener, mais je suis prêt à tous considérer – system commercial, vente d’équipement aquaponie, promotion d’aquaponie dans les pays pauvres.
     
    J’ai déjà construit un system d’aquaponie chez moi à l’intérieur et je suis en train d’en faire un autre à l’extérieur sous tunnel qui sera prêt pour le printemps.
     
    Je crois qu’il pourrait être très bénéfique pour moi de faire un stage pratique en aquaponie et je voudrais vous demander si cela peut être possible chez vous ?

    Dans l’attente de votre réponse que j’espère favorable, veuillez agréer mes sincères salutations.
     
    Andrew Paine

    J'aime

      Thomas a dit:
      30 septembre 2016 à 22 h 16 min

      Bonjour Andrew,

      Je souhaite créer un système aquaponique chez moi.
      Pour approfondir mes connaissances techniques je projette de suivre une formation.
      Êtes-vous satisfait de la formation suivie sur acsedu.co.uk ? Vous a-t-elle apporté les connaissances techniques nécessaires à la bonne gestion du système ?

      Merci pour votre retour.

      Thomas

      J'aime

    APIVA a répondu:
    13 janvier 2016 à 9 h 38 min

    Bonjour monsieur,

    Pour le moment, nous préférons embaucher des stagiaires étudiants ayant des profils aquacoles et/ou horticoles afin de suivre le système et de rédiger des rapports de stage avec des questions de recherche bien précises, et ce dans le cadre des expérimentations APIVA. Au terme d’APIVA, aux environs de mi 2017, il sera envisagé de proposer des « stages pratiques » payants à la station horticole du RATHO à Brindas, voire peut être au lycée de la Canourgue en Lozère. Nous sommes en train de réfléchir à cette possibilité. Je transmettrai toutefois dès maintenant votre demande aux partenaires d’APIVA.

    En attendant, vous trouverez ici https://projetapiva.wordpress.com/documents-ressources-apiva/ des documents ressources qui seront proposés par APIVA tout au long du programme.
    Pour le moment, vous trouverez un seul document, une synthèse bibliographique de 140 pages sur l’aquaponie qui devrait venir compléter/enrichir votre formation théorique.
    Sachez aussi qu’un colloque sur l’aquaponie est prévu en Juin 2016, davantage de détails seront communiqués sur le site d’ici là dans l’onglet « les dernières nouvelles d’APIVA ».

    Bien cordialement.
    Pierre Foucard

    J'aime

      Andrew Paine a dit:
      16 janvier 2016 à 10 h 48 min

      Monsieur

      Merci beaucoup pour votre réponse et conseil et pour le lien vers les documents. Un colloque en Juin m’intéresse beaucoup. J’espère de vous rencontrer un jour.

      Cordialement

      Andrew Paine

      J'aime

    VANNEYRE a dit:
    10 mars 2016 à 11 h 44 min

    Bonjour,
    Nous sommes un cabinet d’architectures à Bruxelles et je suis moi-même biologiste et passionnée d’aquaponie (et Française de la région Rhône-Alpes, c’est comme cela que j’ai entendu parler d’APIVA!). Nous commençons à développer des projets d’aquaponie avec une structure assez « design » et nous avons également des projets à plus grande échelle. Je suis actuellement à la recherche de fonds pour développer ces projets, notamment un projet pilote. Est ce que APIVA peut sponsoriser ce genre de projets? si oui, je vous donne mon email : lvanneyre@hotmail.fr, et je vous détaillerai ces projets.

    Bien cordialement,

    Laurence Vanneyre

    J'aime

      APIVA a répondu:
      23 mars 2016 à 0 h 07 min

      Bonjour,
      Ce n’est pas le rôle de ce programme de recherche que de financer des porteurs de projet si c’est ce que vous entendez par « sponsoriser ».
      Bien cordialement.

      J'aime

    margotetfabien a dit:
    8 juillet 2017 à 16 h 17 min

    Bonjour,

    J’aimerais savoir quand sera publiée la prochaine synthèse bibliographique, et si un prochain colloque est prévu. Par ailleurs, début 2016, vous aviez évoqué mettre en place des stages pratiques payants à partir de mi 2017 : qu’en est-il ?
    Par avance merci pour vos réponses
    Cordialement,
    Margot

    J'aime

    Cécile ROLAND a dit:
    19 octobre 2017 à 13 h 22 min

    Bonjour,
    Je suis ingénieure de recherche dans les biotechnologies (microbiologie, bioréacteurs, ingénierie génétique), diplômée de l’INSA en génie biochimique. Motivée par les méthodes durables de productions et les systèmes biologiques, je réfléchis au développement d’un projet aquaponique. Je serais particulièrement intéressée pour m’impliquer dans le projet APIVA, par exemple sous la forme d’un contrat à durée déterminée. Un profil comme le mien serait-il susceptible de vous intéresser ?

    En vous remerciant,
    cordialement,

    Cécile Roland

    J'aime

      APIVA a répondu:
      23 octobre 2017 à 17 h 12 min

      Bonjour, merci pour l’intérêt porté à notre travail. Le projet APIVA arrive sur la fin après trois ans et demi d’activité. L’heure est à la synthèse et la restitution des résultats. Un second projet pourrait voir le jour en 2018, mais nous privilégions l’encadrement de stagiaires ingénieurs pour des durées de six mois en généra,l sur des questions de recherche ciblées. Il n’y a aujourd’hui aucune disponibilité pour des CDD/CDI spécifiquement sur le projet APIVA. Bien cordialement.

      J'aime

        Roland a dit:
        24 octobre 2017 à 10 h 15 min

        Je vous remercie pour votre réponse. Si toutefois vous avez besoin dans le futur d’une personne avec mon profil pour un contrat court, n’hésitez pas à me contacter.

        Cordialement,
        Cécile Roland

        J'aime

    amilcar875 a dit:
    20 octobre 2017 à 9 h 20 min

    Bonjour
    nous avons l’honneur de venir par la présente de bien vouloir vous informer, que nous sommes une petite société qui va concevoir, fabriquer et installer des installations de : ( Aquaponie, et hydroponie) dans les régions opprimés et marginalisé qui se trouvent dans le sud de Tunisie.
    Notre but permettre aux gens de procurer des petite et moyenne installation de creer de postes d’emplois et subvenir à leurs besoins.
    La société COPAQ à besoin de subvention, plans, formation dans le domaine d’aquaponie, si possible aussi des bailleurs de fonds ou investisseurs, nous pourrons avoir des terres avec la participation de l’Etat.
    Dans l’attente de vous lire

    Nous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs, l’expression de notre hautes considérations

    Mohamed Ben Abdallah JARJOUR
    Nos cordonnées :
    Adresse : 4 rue yahya turki 2080-Ariana- Tunisie
    Tel Mob : 00216 98 101 303
    Fax : 00216 71 706 240
    Email : copaq.tunisia@gmail.com

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s